When the Detroit Pistons hosted the New York Knicks, an 11 year old fan and an usher were captured by the "Dance Cam" putting on their best moves. cheap Super Bowl jerseys Electronic court records show that Mongon has multiple convictions dating back to the early 1990s. The shoe is lined with soft fabric allowing a person to run with comfort. wholesalejerseysi We are continuing to build on our proven style as well as offer fresh looks in each of our Skechers lines, and I'm encouraged to report that our backlogs are up for our major lines.. wholesale jerseys We shoot, present and edit it ourselves. "Then if I stop singing it, I usually start losing, then I go back to singing. In that game, Seattle was down a number of players Bobby Wagner and Russell Okung were both injured and running back Derrick Coleman, a key player on special teams, broke his foot during pregame warmups. Over the years, Newmark has turned down numerous offers to sell all or part of Craigslist to outside investors. nflshop (I seen collapsed freeways due to earthquakes in both San Francisco and Los Angeles just in the last 15 years or so.) I also have taken the time to get certified in CPR and advanced first aid. At Zandvoort I remember I had a problem with the front brakes; at Jarama a problem with the steering.. cheap jerseys You vent all your anger and rage in this letter, holding nothing back. When he was smaller clipping his nails wasn't a problem he'd just sit in my lap chewing his favorite toy and i was able to clip all his nails, front and back, without a problem. It is really breathable, thin, soft, and stretchable. 2) When women decided they wanted to wear trousers, the fashion industry [and the rest of society] were forced to adapt; the same would obtain if women didn want to wear heels.]All of this Julie placed under the provocative banner headline, stiletto heels be banned in the workplace? and blog spaces are filled with comments about interfering busybodies who want to regulate everything. Cleveland will look to Kyrie Irving's continued scoring but will probably look to bigger contributions from Iman Shumpert, James Jones and center Timofey Mozgov as well.. I think people are born with a tendency to do one of the three first. We will be leaving Caim at 6.30 and hope to return at approx 10.00pm. And the back to back tournaments give West Indies opener Gayle, who has slammed 11 T20 centuries and owns a host of batting records, a much longer period than usual to showcase his immense hitting power. cheap nfl jerseys Love to me is so important. The reason for the latter is that some people are actually comfortable with sexual touching. cheap nfl jerseys "It's not that difficult for me to watch because any team that's real good right now went through some years when they were real bad," Dawkins, 57, said in an interview.

cheap jerseys

Across the region, many schools are shut and thousands of homes are without power. Even though he is tied with LeBron with these playoff game winning shots, Bryant's percentage is 50% with these shots which is absolutely outstanding. Darrell Arthur of Kansas was the final player in the green room, lasting until the 27th spot, where New Orleans grabbed him. cheap nba jerseys Put the cornmeal in a baking dish and add 1/2 teaspoon each salt and pepper.Combine the scallions, mayonnaise, mustard, jalapenos and 1/2 tablespoon pickling juice in a bowl. He recently re signed with the Lakers. wholesale nba jerseys PDT on Channel 7. He hit a 3 pointer, and I hit another one! We were up, 6 3.

wholesale mlb jerseys

The Warriors haven't lost consecutive home games in a playoff series since the 1991 Western Conference semifinals, when the Lakers took both games in Oakland en route to a 4 1 series win. On the day of her 18th birthday, she was doing some work experience at a local school and her father came to pick her up from school at lunchtime, which she thought was unusual, and said, "Come and pack your bags.

Les pompiers tirent le signal d’alarme !

Le billet APLIC du mois
Un article à lire attentivement : « Les pompiers tirent le signal d’alarme ! »

Chers adhérents,
Lisez attentivement cet article paru sur le site en ligne « UNIVADIS ». Il témoigne du malaise des professions de santé et des auxiliaires de santé à tous niveaux et de la tendance dangereuse à la dégradation de notre Société.
Quelques commentaires pour vous le faire découvrir :
« Avant on était mis un peu sur un piédestal, aujourd’hui, on est les larbins de service ». Voilà un texte bien fait et qui devrait être lu par les Ministres de Tutelle. C’est le moment, leur surdité est sélective et les élections approchant on peut être sûrs que ceux-ci vont devenir attentifs à des questions qu’ils ignoraient avec un cynisme délibéré.
Cette désaffection et ce mépris s’observent dans toutes les professions (médicales, pharmaceutiques, police, enseignement). Bien sûr : l’insulte ou l’agression sont devenues sans conséquence. Et le niveau d’éducation général baisse vertigineusement. Mais « faut pas le dire », ce n’est pas politiquement correct…
Deuxième passage important : « L’augmentation des sollicitations des pompiers est notamment liée à un défaut de prise en compte des effets de la désertification médicale. « On nous appelle fréquemment et à de nombreuses reprises pour des petits problèmes (grippe ou gastro) ».
Ah bon c’est utile un médecin, un dentiste ou un pharmacien? Expliquez-le à Madame Touraine, elle répond histogrammes ou incitations financières qui ne servent à rien. Le bon sens simple serait de comprendre que quand un brancard se porte à quatre, il est difficile d’être trois… Par contre quand il y a trois secrétaires dans un Ministère, peu de temps après il y en quatre ou cinq !
Avoir laissé notre pays entre les mains d’administratifs, d’énarques et/ou d’élus obsédés par leur carrière est un désastre. Autrefois les hôpitaux étaient dirigés par des médecins, pas des administratifs gérant les facteurs humains et les services à la faucille depuis leur bureau et avec très peu de considération pour les soignants.
La société civile ne fait que commencer à en payer le prix. Il est grand temps qu’elle se réapproprie son fonctionnement et qu’elle l’accompagne de l’obligation de voter, d’un rappel ferme des devoirs liés aux droits, d’une modération des débats.

Dr Jean-François MICHEL

Les pompiers tirent le signal d’alarme !

Paris, le mercredi 15 mars 2017 – Lors de la première grande mobilisation des infirmières le 8 novembre dernier, dans plusieurs départements, les pompiers des Services d’incendie et de secours (SDIS) avaient localement décidé de s’unir au mouvement. Cette mobilisation commune laissait deviner la profondeur du malaise des pompiers, dont les préoccupations et la souffrance sont en effet proches de celle des infirmières.
Des incivilités et des agressions de plus en plus fréquentes
A l’appel de sept syndicats (CFT, CGT, CFE-CGC, FA-SPP-PATS, CFTC, SUD et UNSA, soit une quasi unanimité à laquelle ne fait défaut que FO), les pompiers ont été plusieurs milliers à défiler hier dans la capitale pour évoquer leur souffrance et leurs inquiétudes. Venus de toute la France, les pompiers comme hier les infirmières, ont bruyamment dénoncé la « déconsidération » dont ils sont les victimes.
Celle-ci est d’abord le fait des usagers eux-mêmes. D’abord, parce que les appels ne nécessitent pas toujours une intervention en urgence, provoquant des déplacements inutiles pouvant engendrer une perte de chance pour d’autres (vraies) victimes. Surtout, les pompiers constatent qu’ils ne jouissent plus auprès de la population de la même aura qu’autrefois. « Avant on était mis un peu sur un piédestal, aujourd’hui, on est les larbins de service » regrette Philippe, pompier à Lyon depuis quinze ans, interrogé par BFM. Ce déclassement se lit dans l’augmentation des incivilités subies: insultes, caillassage sont de plus en plus fréquents. En la matière, tous les indicateurs sont à la hausse. Le dernier rapport de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) sur le sujet révèle en effet que le nombre de déclarations d’agression a progressé de 21 % entre 2014 et 2015. S’il peut s’agir d’un biais déclaratif, on constate également que le taux de sapeurs pompiers agressés pour 10 000 interventions est passé de 3,7 à 4,4. Le nombre de journées d’arrêt de travail est également en hausse de 9,7 %. Seul critère en baisse : le nombre de véhicules endommagé. Face à ces situations, les pompiers ne portent pas systématiquement plainte (moins des deux tiers des pompiers agressés ont signalé les faits à la police en 2015), notamment parce que les sanctions sont considérées comme insuffisantes.
Des brancardages plus difficiles
Dans ce contexte, officiellement, les pouvoirs publics se montrent toujours attentifs à rappeler le rôle primordial des pompiers et leur dévouement. On se souvient ainsi que des hommages appuyés leurs ont été rendus au lendemain des attentats ; une sollicitude qui elle aussi fait écho au regard positif porté sur les infirmières. Pourtant, dans les faits, les politiques mises en place empêchent peu à peu les pompiers de mener à bien leur mission. Les réductions d’effectifs sont ainsi partout déplorées. « Là où une ambulance intervenait avec quatre personnes autrefois, elle le fait désormais avec trois. Même le brancardage, dont l’équipement est fait pour être porté de quatre côtés, donc par quatre sapeurs-pompiers devient difficile » décrit par exemple Rémy Chabbouh, secrétaire du syndicat Sud dans les Bouches-du-Rhône, cité par l’Express. En cas d’incendie, les mêmes pénuries inquiétantes s’observent. « Il n’est pas rare, désormais, de voir des fourgons d’incendie partir avec quatre personnes à bord, alors que le mode opératoire que nous devons respecter nous impose d’être six » précise un pompier du Cher dans un témoignage publié sur le site du Nouvel Observateur. A ces manques d’effectif, s’ajoute le vieillissement des matériels, dénoncé par tous les syndicats.
La qualité du service mise en péril
Cette situation, qui concerne l’ensemble des SDIS, avec des particularités locales, est d’autant plus dommageable que partout le nombre d’interventions progresse. La hausse a été en 2015 de 3,7 % en ce qui concerne le nombre d’interventions et de 4,4 % pour le nombre de victimes prises en charge. Des évolutions difficiles à conjuguer avec des moyens en baisse. La conjonction de ces différents éléments amoindrit la qualité des services, notamment en allongeant les délais d’intervention ; l’alerte lancée sur les risques pour la population évoquera elle aussi les mises en garde lancées par les infirmières à propos de la dégradation de la qualité des soins.
La désertification médicale aussi en cause
L’augmentation des sollicitations des pompiers est notamment liée à un défaut de prise en compte des effets de la désertification médicale. « On nous appelle fréquemment et à de nombreuses reprises pour des petits problèmes (grippe ou gastro). C’est surtout un problème général dû à la désertification médicale. Aujourd’hui, les gens n’ont plus forcément de points d’appuis auprès de chez eux, donc ils vont faire plus appel aux pompiers afin d’être dirigés vers un milieu hospitalier. En Sarthe, ce n’est pas un problème péri-urbain ou rural, c’est un contexte général » décrit par exemple Guillaume Piron, secrétaire général Sud SDIS 72. La nécessité d’ouvrir une réflexion sur ces sujets a été rappelée il y a quelques semaines par la Fédération nationale des sapeurs-pompiers lors de son interpellation des candidats à l’élection présidentielle. Cette organisation attend également des engagements sur le nombre de sapeurs-pompiers, la fin des fermetures de casernes ou encore la protection des professionnels.